5 bonnes pratiques pour instaurer une culture de «déconnexion» Reviewed by Philippe Jean Poirier on . Source : ROMAN ODINTSOV sur Pexels 16 novembre 2022 Dans un sondage publié le 12 octobre dernier, on apprend que 32% des travailleurs ne se sentent pas « en mes Source : ROMAN ODINTSOV sur Pexels 16 novembre 2022 Dans un sondage publié le 12 octobre dernier, on apprend que 32% des travailleurs ne se sentent pas « en mes Rating: 0

5 bonnes pratiques pour instaurer une culture de «déconnexion»

16 novembre 2022

Dans un sondage publié le 12 octobre dernier, on apprend que 32% des travailleurs ne se sentent pas « en mesure de fixer des limites au travail afin de maintenir un équilibre travail-vie personnelle ». Au-delà des politiques, des vœux et des bonnes intentions, nous avons voulu savoir ce que peut faire concrètement une entreprise pour instaurer une culture de déconnexion. Nous avons posé la question à des managers et professionnels RH. Voici leurs réponses.

1. Paramétrer son message d’absence

En mai 2022, la firme de conseil CIMA+ a dévoilé un engagement envers l’équilibre vie personnelle-travail, dans le cadre de sa Charte de conciliation vie personnelle-travail et de sa Politique du droit à la déconnexion. Parmi les stratégies de déconnexion mises de l’avant, les employés sont encouragés à paramétrer leur courriel pour envoyer un message d’absence en dehors des heures de travail.

C’est une pratique qui est non seulement soutenue, mais recommandée par mon organisation, explique Andréanne St-Pierre, directrice marketing et communication de Cima+, qui l’utilise sur une base quotidienne. C’est une façon simple pour moi de ne pas ressentir le besoin de regarder mes messages en soirée. »

2. Programmer ses messages pour le lendemain

À l’autre bout de la chaîne de communication, ceux qui envoient des messages peuvent aussi faire leur effort pour concentrer leurs envois dans les horaires de travail. Véronique Turcotte, responsable talent et culture, suggère aux managers et collèges d’une même équipe de préprogrammer leurs courriels pour le lendemain.

Autant que possible, il est préférable de ne pas envoyer de courriels les soirs et les week-ends. Si ce n’est pas urgent, on peut utiliser la fonction ‘schedule send’ pour ne pas tenter nos collègues de nous répondre hors des heures de travail. »

3. Mettre à jour son statut

José Lemay-Lecler, fondateur de l’organisme Télétravail Québec et support aux ventes de Zoho Canada, suggère d’instaurer une pratique commune d’utilisation des statuts de travail, lorsque l’équipe de travail est présente sur une plateforme collaborative.

Le conseil que je donnerais est d’utiliser des outils qui affichent bien le statut de chaque collègue, comme par exemple: disponible pour collaboration, concentré au travail, absent, en déplacement etc. Une autre stratégie est de créer un canal Présence, afin de centraliser les communications en lien avec la présence, tout simplement. Très utile pour les équipes qui travaillent sur la route. »

4. Fermer les notifications

Ce qui ramène notre esprit au travail, c’est non seulement les courriels qui entrent, mais aussi les notifications qui attirent l’œil sur le téléphone. Stéphanie Thomas, directrice en acquisition de talents, pointe dans cette direction en suggérant aux employés de fermer toutes les notifications système, incluant Teams et Slack.

On ne devrait pas publier son numéro de téléphone perso dans l’entreprise. Instaurer la pratique d’éviter les réunions le midi, après 16h00 et les vendredis », ajoute-t-elle comme autres stratégies de déconnexion.

5. Accorder une journée de travail « déconnecté »

Laurie Michel, conférencière et spécialiste en droit à la déconnexion, lance l’idée d’accorder une journée de travail « déconnectée ».

Une journée sans courriels peut aider les équipes à relâcher la pression autour de la disponibilité numérique constante, tout en étant un atout pour leur période de déconnexion personnelle », explique la conférencière.

Si on se souvient bien, c’est un principe qu’avait testé et apprécié l’agence Duvernois esprits créatifs en 2021

Plus largement, Laurie Michel invite les entreprises à nommer un « responsable du bien-être numérique », soit une personne-ressource qui sera en mesure d’ouvrir la discussion et d’aider les employés à remonter les défis internes que la déconnexion engendre. Plusieurs de ses clients sont en train de faire les procédures pour mettre en place un tel titre, mentionne-t-elle.

Reste maintenant aux employés et aux managers d’adopter ces stratégies très concrètes de déconnexion.

A propos de l'auteur

Philippe Jean Poirier

Philippe Jean Poirier est un journaliste qui se passionne pour les mots, l’écriture, la recherche, la collecte de témoignages, les tendances sociétales et les raisons souterraines qui alimentent l’actualité. Email: pj_poirier@isarta.com

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page