Comment intégrer les NFT à son business ? Reviewed by Philippe Jean Poirier on . Avery Akkineni, présidente de Vayner 3 22 novembre 2022 Pour le grand public, les NFT (jetons non fongibles ou «non fongible token») continuent d’être un concep Avery Akkineni, présidente de Vayner 3 22 novembre 2022 Pour le grand public, les NFT (jetons non fongibles ou «non fongible token») continuent d’être un concep Rating: 0

Comment intégrer les NFT à son business ?

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 9d2b44ed-1024x607.jpg.
Avery Akkineni, présidente de Vayner 3

22 novembre 2022

Pour le grand public, les NFT (jetons non fongibles ou «non fongible token») continuent d’être un concept encore flou, dont se moquent les animateurs d’émission de fin de soirée (voir Stephen Drops An AFT That Explains The NFT Craze). À C2 Montréal, la perception est à l’exact opposé. Une curiosité et un enthousiasme généralisé se dégageaient des conférences et des ateliers portant sur ces fameux items numériques «de collection».

Décrivons-le sommairement : un jeton non fongible est un item virtuel – pouvant prendre la forme d’une œuvre d’art, d’un morceau de musique, d’un billet d’accès à un événement, d’une récompense, etc.. – qui est localisé sur la chaîne de blocs, et qui se collectionne et transige à partir d’un «portefeuille virtuel».

À la conférence C2 Montréal, l’intervention Intégrer les NFT à votre stratégie d’affaires est venue donner l’heure juste sur l’état actuel de ce marché naissant, ainsi qu’une perspective d’avenir.

Pas de besoin de s’y précipiter, a d’abord assuré Avery Akkineni, présidente de Vayner 3. Toutes les marques n’ont pas besoin d’une stratégie web 3. Ce marché est encore très jeune. Il est difficile d’y aller seul, a-t-elle aussi ajouté. Ceux qui réussissent dans cet espace sont ceux qui choisissent les bons partenariats. La bonne nouvelle, c’est qu’on est encore à l’étape où les gens veulent s’aider et collaborer. »

Cette mise au point faite, l’animatrice Shira Lazar (fondatrice de What’s Trending) et la présidente de Vayner 3 ont donné quelques exemples concrets d’utilisation de NFT. Des billets pour un grand événement corporatif, inscrits et vendus sur la blockchain. Des œuvres d’art numériques, assortis d’un contrat intelligent, permettant à l’artiste de toucher des redevances à chaque revente de l’œuvre.

Du point de vue des grandes marques, le cas qui fera école est celui de la chaîne Starbucks, prédit Avery Akkineni. En septembre dernier, l’entreprise américaine a intégré des jetons non fongibles dans son programme de fidélisation. Or, l’animatrice Shira Lazar a fait remarquer que Starbucks n’a pas mentionné faire usage de cette technologie lors de l’annonce.

Actuellement, les termes que nous utilisons pour décrire cette technologie – web3, NFT, blockchain – sonne très science-fiction et technique, et ça n’attire pas tout le monde, prédit la présidente de Vayner 3. La technologie est souvent invisible à l’utilisateur final, rappelle-t-elle. Et il en sera sans doute de même pour le web3. Je crois que l’on se dirige vers un modèle qui insistera moins sur les aspects financiers et techniques, pour laisser le consommateur expérimenter, avec le bénéfice de réellement posséder ses expériences numériques, et de les rendre échangeables sur Internet. »

Avery Akkineni voit une grande vertu à l’arrivée du Web3.

Le monde du Web2 est fondamentalement brisé, avec un écosystème publicitaire qui siphonne les données des consommateurs sans leur demander leur consentement, analyse-t-elle. Le web3, quand c’est correctement fait, permet aux utilisateurs de contrôler leurs données et de les apporter avec eux aux travers d’expériences virtuelles. C’est ce qui est si puissant et si important dans cette nouvelle technologie. »

Certains promoteurs de cette technologie voient déjà le portefeuille virtuel où l’on entrepose ses jetons comme «le nouveau témoin», fait-elle remarquer. Une sorte de lieu privé, contenant tous nos effets personnels numériques.

En conclusion, la présidente de Vayner 3 a rappelé une notion fondamentale : malgré tout l’enthousiasme qui entoure cette technologie, rien ne remplace une bonne idée ou une bonne stratégie marketing pour positionner sa marque.

Les plateformes ont leur limite pour amener des gens à désirer une marque ou connecter avec elle; c’est vraiment au niveau de l’idée créative et de la mise en marché que ça se passe; ce sont les créateurs et les penseurs qui vont faire grandir le concept de NFT et le faire prospérer. »

Voilà de sages paroles!

A propos de l'auteur

Philippe Jean Poirier

Philippe Jean Poirier est un journaliste qui se passionne pour les mots, l’écriture, la recherche, la collecte de témoignages, les tendances sociétales et les raisons souterraines qui alimentent l’actualité. Email: pj_poirier@isarta.com

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page