Conseil aux dirigeants d’entreprise : « Soyez votre propre candidat mystère » Reviewed by Philippe Jean Poirier on . Sandrine Théard (source : Les sources humaines) 31 août 2022 Avant de partir en vacances, la recruteuse et formatrice Sandrine Théard y est allée d’un coup de g Sandrine Théard (source : Les sources humaines) 31 août 2022 Avant de partir en vacances, la recruteuse et formatrice Sandrine Théard y est allée d’un coup de g Rating: 0

Conseil aux dirigeants d’entreprise : « Soyez votre propre candidat mystère »

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Sandrine-Theard-1024x683.jpg.
Sandrine Théard (source : Les sources humaines)

31 août 2022

Avant de partir en vacances, la recruteuse et formatrice Sandrine Théard y est allée d’un coup de gueule à un monde corporatif qui peine à offrir une expérience candidat digne de ce nom, en pleine pénurie de main-d’œuvre.

Le coup de gueule est arrivé dans ma boîte mails, par la newsletter Les sources humaines de Sandrine Théard en recrutement. Dans un billet intitulé « Pourquoi j’ai mal à mon recruteur », elle dit ressentir de la colère et de la déception depuis qu’elle a été témoin de piètres expériences candidat dans le dernier mois.

Ayant proposé d’accompagner une personne dans ses démarches en recherche d’emploi, elle a aidé cette personne à remplir des formulaires d’applications sur des sites Web, elle a fréquenté des foires d’emploi, elle a consulté des affichages de poste.

Je pensais pouvoir l’aider, faciliter ses recherches. Finalement c’est elle qui m’aide… à réaliser que bien des choses n’ont pas bougé. Je suis déçue de voir des entreprises crier à la pénurie alors qu’elles font encore tout pour décourager des candidats d’appliquer. »

Après avoir vécu ce « reality check », la recruteuse avait un conseil aux dirigeants qui peinent à recruter du personnel :

Poser votre candidature chez vous, sur plusieurs postes. Et regardez si vous vous aimez comme employeur potentiel. Ça réglera déjà peut-être bien des problèmes. »

En vivant l’expérience par eux-mêmes, les dirigeants découvriront peut-être les mêmes désagréments que Sandrine Théard. La recruteuse a vu :

  • Des pages carrières offrant un formulaire pour postuler d’un minimum de deux pages pouvant aller jusqu’à 6 pages. Dans le cadre d’un processus qui demande de s’enregistrer, de créer un mot de passe et de se loguer à chaque fois. « Si le site plante, raconte-t-elle, faut recommencer, faut se reloguer. »
  • Des recruteurs qui vantent le « côté humain » de l’employeur qu’ils représentent, mais qui ne prennent pas le temps de répondre à un candidat qui se manifestent sur LinkedIn ou par courriel.
  • Des processus d’application qui ne cesse de se rallonger, où les tests, les entrevues et les demandes de documents se multiplient.
  • À la suite d’une embauche, des journées d’intégration inexistantes, où les nouveaux employés sont envoyés dans le feu de l’action sans formation ni mot de bienvenue préalable.

Depuis, elle vit une certaine désillusion.

J’aimerais dire que ce sont des cas isolés, se désole Sandrine Théard. Je devais vivre au pays des bisounours pour imaginer que nous étions un peu plus avancés dans nos façons de faire. Le fameux « H to H », on « prône l’humain », on favorise « la diversité », on est « ouvert aux profils atypiques »… Des fois, j’ai vraiment l’impression de lire de la bullshit », conclut-elle brutalement.

Voilà matière à réflexion. Pendant la période estivale, certains secteurs ralentissent. Les entreprises concernées pourront profiter de ce creux pour revoir, repenser leur expérience candidat. Le point de débat? Appliquez soi-même dans sa propre entreprise. Bonne « recherche » d’emploi!

A propos de l'auteur

Philippe Jean Poirier

Philippe Jean Poirier est un journaliste qui se passionne pour les mots, l’écriture, la recherche, la collecte de témoignages, les tendances sociétales et les raisons souterraines qui alimentent l’actualité. Email: pj_poirier@isarta.com

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page